Jeux interdits sur la plage

Quand un blogueur un peu coquin et une blogueuse un peu coquine décident de coquiner ensemble... La coquine est partie, je continue tout seul...

15 juillet 2012

Promenade coquine

Je voudrais sur ton lit m'allonger ce matin,
Promener sur ton corps une main hésitante,
Jouer coquin, sous ta nuisette de satin
Entre monts et vallée, glissade entreprenante

Je voudrais doucement contre ta peau muser,
Sentir contre le mien ton corps qui se réveille,
Approcher ton bouton et dessus m'amuser,
Caresser tendrement cette douce merveille

Partant de ta vallée j'irai jusque tes seins
Te tirant de la nuit par une promenade
Sur ton corps endormi, parcourant ses dessins
A l'aide de mes doigts chantant leur sérénade

Je prendrai tes tétons pour te les enflammer,
Les pinçants doucement attendant qu'ils durcissent...
A l'oreille j'irai ma flamme déclamer
Poursuivant sous ma main du téton le supplice

Je glisserai au creux du cou ma langue, gourmande
De ton corps et de ta peau, je savourerai
Tout les parfums subtils que ma bouche quémande,
Qui naîtront de ton rêve et que je cueillerai

Je descendrai la main pour chercher ta forêt;
Peut-être m'y perdrai-je, et c'est sans importance
Car délicatement ta rose j'ouvrirai,
Pour aller y chercher une douce excroissance

Ma bouche glissera tout au long de ton corps
Pour se désaltérer auprès de ta fontaine,
Viendra sur ton bouton pour en lécher le bord
Te surprenant parfois d'une tape soudaine,

Flanera doucement pour atteindre ton antre
Alors que mon index rejoindra le bouton.
Tu sentiras ma langue aller à taton entre
Tes lèvres que je sucerai tel un glouton

Tes pétales fondront, perlant un doux nectar
Que je recueillerai de ma bouche coquine
Et à m'en délecter je n'aurai de retard
Quand reluiront tes yeux d'une lueur mutine

Je sentirai ton corps s'abandonner à moi
Et je prendrai ce don comme un cadeau de fête,
M'enivrant de ton goût qui me rend si grivois
Et plus entreprenant, calculant ta défaite

Je glisserai mes doigts au fond de ton château,
Y cherchant ces plaisirs qui doucement soulèvent
Ton corps s'offrant à moi, lorsque le vibrato
De ma langue grandit et doucement t'achève

Et je savourerai les soubresauts timides
De ton corps rassasié sur ma bouche posé,
Dégustant la liqueur de tes lèvres humides,
Caressant la chaleur de ton corps reposé

Le 24/02/2008 © JFP

Posté par Djoe l indien à 13:21 - Jeux sous la couette - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire